L'orthodontie:Une fatalité?

La croyance générale est que les désordres orthodontiques sont héréditaires. Certes cela est vrai mais dans la plupart des cas ils proviennent de mauvaises habitudes orales. La suppression de celles-ci permettent dans bien des cas à éviter le traitement orthodontique à l'adolescence

 

Dans la pratique les dents sont "guidées" dans leur éruption par la sangle musculaire formée d'une part par les lèvres et les joues à l'extérieur et par la langue à l'intérieur. Si un ou plusieurs de ces éléments de cette sangle ne joue pas bien son rôle les dents subissent des forces nocives qui vont les empêcher de prendre un bonne place.

Cette fausse croyance selon laquelle "on ne peut rien faire avant l'éruption des dents définitives" (12 ans) fait que les mauvaises habitudes orales s'ancrent et seront d'autant plus difficiles a faire disparaître à l'adolescence.

Qui plus est les dommages ne se limitent pas aux  seules arcades dentaires mais affectent aussi la forme du visage.

60% de la croissance de la face a lieu avant 6 ans

Ce potentiel de croissance ne fois derrière nous on peut comprendre que même si l'on arrive à redresser les dents plus tard on ne pourra plus influencer la forme du visage.

Ces mauvaises habitudes orales peuvent être détectées et sont facilement traitables et le plus tôt sera le mieux.

Les principales dysfonctions sont :

-  la respiration buccale : CLIQUEZ ICI


- une position de langue incorrecte associée ou non à une déglutition atypique : CLIQUEZ ICI


- une hyperactivité des lèvres : CLIQUEZ ICI

 Le suçage du pouce ou du doudou sont bien évidemment une cause supplémentaire.

Bien des enfants après avoir subi des extractions et un traitement multibagues gardent une apparence faciale disgracieuse parce que le problème de fond n'a pas été réglé.

Un traitement de ces mauvaises habitudes doit être fait en conjonction avec le traitement multibagues pour être efficace sous peine de récidive.

 

A lire aussi notre Foire aux questions FAQ


Article rédigé par le praticien le 08/10/2012